Women's College Hospital Women's College Research Institute Femmes en Santé Women's College Hospital Foundation Contactez-nous English
Femmes en santé - Women’s College Hospital Pharmaprix
 
Women’s College Hospital - le programme de santé mentale
Le projet l'art contre la violence

Santé de A à Z

 

Troubles musculosquelettiques ont un grand impact sur la santé des Ontariennes : résultats de l’étude POWER
(article de Femmes en santé)

(Ressource Web; Ressource FES)
Auteur : Patricia Nicholson
Organisme : Women's College Hospital, Femmes en santé

Les responsables du plus récent volet de l’Étude POWER (Projet d’élaboration du Rapport basé sur des données probantes de l’Ontario sur la santé des femmes) viennent de publier un chapitre sur la première cause de déficience physique en Ontario : les troubles musculosquelettiques, y compris l’ostéoarthrite, l’arthrite inflammatoire et l’ostéoporose. Leurs données mettent en évidence la grande prévalence de ces maladies, ainsi que leur impact sur la vie des femmes.

Plus du tiers de la population ontarienne souffre de troubles musculosquelettiques, soit des maladies touchant les os, les muscles, les articulations, les ligaments et les tendons. Chez les femmes, l’ostéoporose, l’arthrite rhumatoïde et l’ostéoarthrite causent des souffrances et des déficiences considérables.

En plus d’identifier des groupes à risque, les auteurs de cette étude dirigée par la Dre Gillian Hawker, chercheuse principale au Women’s College Research Institute à Toronto, ont souligné des lacunes dans les soins et décrit d’autres maladies chroniques qui accompagnent souvent les problèmes musculosquelettiques.

Risques et effets

Les troubles musculosquelettiques touchent plus souvent les femmes que les hommes, et leur fréquence augmente avec l’âge. Un faible niveau de scolarité et un faible revenu sont également des facteurs de risque.

Beaucoup de personnes atteintes d’un trouble musculosquelettique ont d’autres problèmes de santé aussi. De fait, les patients souffrant de troubles musculosquelettiques seraient deux fois plus susceptibles d’être atteints d’une deuxième maladie chronique comme le diabète ou une cardiopathie que les personnes souffrant d’autres types de maladies chroniques. Ce phénomène s’observe plus souvent encore chez les femmes : 40 pour cent des femmes souffrant d’un trouble musculosquelettique ont un autre problème de santé chronique aussi, comparativement à 35 pour cent des hommes.

Les chercheurs ont trouvé que la dépression était fréquente chez les patients atteints de troubles musculosquelettiques, et plus particulièrement chez les femmes et les personnes à faible revenu. Dans l’ensemble, on a observé des symptômes de dépression chez environ un patient sur 10 (10 pour cent), mais cette incidence doublait (21 pour cent) chez les femmes à faible revenu.

Chose peu surprenante, on a constaté des déficiences plus fréquentes et plus sévères chez les femmes souffrant de troubles musculosquelettiques, comparativement aux hommes. Pourtant, chez les deux sexes, les troubles musculosquelettiques causaient davantage de déficiences que les autres problèmes de santé chroniques.

Améliorer les soins

Les chercheurs ont également souligné certaines lacunes dans les soins donnés aux patients atteints de troubles musculosquelettiques. Leurs données indiquent, entre autres, que seulement 15 pour cent des patients avaient consulté un physiothérapeute au cours de l’année précédente. De plus, seul un tiers des patients ayant subi une fracture causée par un traumatisme léger – qui fait augmenter le risque futur de fracture ostéoporotique – avaient passé les tests de mesure de la densité minérale osseuse recommandés dans l’année suivant la fracture.

Il semble que l’arthrite rhumatoïde – forme d’arthrite inflammatoire la plus courante – soit très insuffisamment traitée en Ontario, selon l’étude POWER. Même si cette maladie touche environ un pour cent de la population, moins de la moitié des patients diagnostiqués avaient été examinés par un spécialiste depuis un an (42 pour cent des patientes et 35 pour cent des patients). Mentionnons que l’arthrite rhumatoïde touche deux fois plus de femmes que d’hommes.

Après avoir analysé ces problèmes et évalué leur impact sur la santé des femmes en Ontario, les auteurs de l’étude ont formulé les recommandations suivantes :

  • On doit insister davantage sur la prévention des troubles musculosquelettiques et la promotion de la santé pour réduire l’incidence de ces maladies et atténuer les déficiences qu’elles causent. La promotion d’une saine alimentation et d’un mode de vie actif est importante, mais on doit tenir compte des défis particuliers que doivent relever les personnes dont la mobilité est réduite par l’arthrite du genou ou de la hanche.
  • On doit viser à diagnostiquer et à traiter plus rapidement ces troubles afin d’atténuer les déficiences physiques chez les patients atteints d’arthrite inflammatoire et d’arthrite rhumatoïde en particulier. Ces maladies touchent souvent les femmes en âge de procréer, et un traitement pharmaceutique précoce peut améliorer les résultats à long terme. Une campagne de sensibilisation pourrait aider à accroître le nombre de jeunes patients mis sous traitement.
  • On doit privilégier une approche axée sur les patients afin d’aider ceux-ci à prendre leurs maladies chroniques en charge et à améliorer leur qualité de vie, tout en se rappelant que les troubles musculosquelettiques se produisent souvent parallèlement à d’autres maladies ou problèmes de santé chroniques. La prise en charge de soi est un facteur important qui permet d’obtenir les meilleurs résultats pour les patients.
Ce rapport est basé sur des données de plusieurs sources nationales et provinciales, y compris Statistique Canada, l’Institut canadien d’information sur la santé, l’Institute for Clinical Evaluative Sciences, l’Ontario Drug Benefit Database et le Régime d’assurance-maladie de l’Ontario.

L’Étude POWER est financée par Écho : pour l’amélioration de la santé des Ontariennes, une agence du ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario. Le chapitre sur les maladies musculosquelettiques est le fruit d’une étude conjointe réalisée par le St. Michael’s Hospital et l’Institute for Clinical Evaluative Sciences.

English version:  Click here for English description

Objectif :  Information/soutien aux consommatrices; Information sur la santé

Source de l'information :  Hôpital/Clinique

Origine géographique :  Canada

Langue de la ressource :  Français

Groupes :  Femmes adultes; Femmes âge moyen; Femmes âgées

Date de publication :  29 juillet 2010

Dernière révision par Femmes en santé :  29 juillet 2010


Retour aux résultats de recherche

 
Contrat d'utilisation | Accueil | Qui sommes-nous ? | Contactez-nous | Recherche | Plan du site | English  
Copyright © 2014 Women’s College Hospital. Tous droits réservés.